Uncategorized
Laisser un commentaire

De Naoshima au Centre Georges Pompidou, des pois à l’infini…

Pénétrer dans l’univers de Yayoi Kusama est une expérience insolite et déroutante: l’oeuvre de l’artiste japonaise, âgée de 82 ans, à la fois peintre, sculpteur, plasticienne, mais aussi écrivain, est véritablement inclassable.

On se trouve pris comme dans un tourbillon dans des univers étranges, parfois ludiques et oniriques, très souvent oppressants avec leurs thèmes obsessionnels, qu’il s’agisse des pois (dots) ou des monochromes blancs de l’époque new-yorkaise.

La rétrospective qui s’est terminée le 9 Janvier 2012 au Centre Pompidou à Paris retraçait chronologiquement son parcours, des hallucinations de l’enfance (fleurs rouges de la nappe qui se mettent à proliférer jusqu’à tout envahir, ou encore sa sensation de devenir un chien) à l’école d’art de Kyoto, son départ pour les Etats-Unis en 1957 et enfin son retour définitif au Japon. Dès 1977 elle choisit de se mettre à l’abri du monde, d’elle même dans un hôpital psychiatrique, dont elle ne sort quotidiennement que pour effectuer, dans son atelier tout proche, ce nécessaire travail.

Les environnements présentés à Beaubourg, tel «Dots Obsession,Infinity Mirrored Room » (1998) ou «Infinity Mirrored Room (Filled with the brillance of life)» (2011) sont proprement inouïs, vertigineux. Enormes ballons rouges aux formes diverses (ronds, en forme de quille, etc…) à pois blancs, posés à terre ou suspendus, répétés à l’infini par un jeu de miroirs; ou cet extraordinaire environnement nocturne, composé d’une multitude de petites lumières colorées, suspendues dans une salle entièrement couverte de miroirs, donnant l’impression d’être en suspension dans un ciel étoilé.

A partir de 1966 Kusama développe le concept de self-obliteration. Elle réalise une série de photocollages sur papier ou encore d’encre sur photos où les «dots» (pois) recouvrent tout, elle même,l’environnement, jusqu’à son reflet dans le miroir.

«Un pois a la forme du soleil, qui symbolise l’énergie du monde entier, et aussi la forme de la lune qui est calme. Quand on oblitère la nature et notre corps avec des pois, on se fond dans l’environnement» (cité dans «Yayoi Kusama», catalogue du Centre Pompidou – 2011).

Ces pois, nous les retrouvons dans «The moment of regeneration» (2004). 55 pièces de textile de tailles diverses posées au sol, sorte de phallus géants ou encore de queues de serpent dressées, rouges à pois noirs, dont l’ondulation rappelle les cheveux de la Gorgone.

Les dernières oeuvres semblent plus calmes, moins tourmentées même si le système de répétition est toujours présent. Très graphiques, souvent peintes sur un format carré dans des tons rouges/ orangées, elles reprennent de façon obsessionnelle les mêmes motifs aux contours noirs. Tels les yeux, ou les chaussures dans «Spring has come» (2010) ou une succession de visages parsemés de points rouges dans «I want to live honestly, like the eye in the picture» (2009).

«Je suis arrivée à un moment de mon parcours où il faut que je crée un art pour le repos de mon âme» dit-elle (Extrait du catalogue de l’exposition «Yayoi Kusama», Musée des Beaux-Arts de Calais -1986 ).

Mais la magie Kusama opère toujours…Nathalie Kissel

Une fois arrivée sur l’île de Naoshima, j’avais peur d’être déçue.Tout ce chemin depuis Tokyo pour une citrouille, tout de même! Et puis je l’ai vue. Poupine, légèrement avachie sur la jetée, indifférente à la bruine. Attendant Dieu sait quoi. Je l’ai beaucoup photographiée. Je ne saurai expliquer pourquoi mais rarement une oeuvre d’art m’a autant touchée…

Valérie Bastit Laudier, Japon, 2007

 

275-1-naoshima-pumpkin

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s