Artisanat, Livres
Laisser un commentaire

Cent phrases pour éventail

« Il est impossible pour un poète d’avoir vécu quelque temps
en Chine ou au Japon sans considérer avec émulation tout
cet attirail là-bas qui accompagne l’expression de la pensée :
le bâton d’encre d’abord aussi noir que notre nuit intérieure :
on le frotte, humecté d’un peu d’eau sur une plaque d’ardoise
et un godet recueille le jus magique. Il n’y a plus qu’à y tremper,
peintre de l’idée ! ce pinceau léger et comme aérien qui le long
de nos phalanges communique au fond de nous à la déflagration
du poème. »
Paul Claudel, Cent phrases pour éventail
J’aime calligraphier avec un pinceau épais très imbibé qui se vide au fil des traits délibérés. Cet idéogramme peint signifie « fude », pinceau.
Valérie Bastit Laudier
289-1-dsc-0190-21-09-1 289-2-dsc-0200-copie 289-4-dsc-0199-21-09-1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s