Culture
Laisser un commentaire

Waouh !!!

C’était il y a un an, le 11 mars 2011. Un séisme de forte magnitude toucha le Japon, et un tsunami balaya la côte est de l’île de Honshu, endommageant la centrale nucléaire de Fukushima. Catastrophe humaine, environnementale.

Un an après sonne l’heure des bilans et des commémorations. Et vient le moment de montrer que l’extraordinaire vitalité et créativité de ce pays n’est pas entamée.

Tel est le but de la campagne Japan Next, lancée par le Gouvernement du Japon: tout à la fois message de reconnaissance pour l’aide et le soutien apportés et volonté de promouvoir une culture, des savoir faire et une identité forte.

C’était dans ce cadre que se situaient les deux manifestations proposées du 4 au 6 mars dans le Hall des Maréchaux du Musée des Arts Décoratifs à Paris.

Japan Next Exhibition of Fine Arts présentait une dizaine d’artisans japonais, tous «Trésor National Vivant». Créé pour protéger et assurer la transmission du patrimoine culturel «immatériel», ce titre est décerné aux créateurs qui maîtrisent parfaitement des techniques, des savoirs faire dans des domaines tels que les arts décoratifs ou les arts de la scène.

Future Tradition WAO (WAO est la contraction de WA et O, qui signifient «renaissance du Japon»), manifestation itinérante organisée par la journaliste de mode Yoshiko Ikoma, proposait 150 pièces de créateurs renommés, dont certaines ont été réalisées en collaboration avec des marques prestigieuses.

Ôtsuki Sama a aimé:

  • – les coupes à saké en étain modelable souple, que l’on aime caresser
  • – les bouilloires au design extraordinairement moderne de la société Naoki Sakai
  • – le chapeau du modiste Akio Hirata, rappelant le bonnet phrygien, réalisé en ramie (karamushi)
  • – le vase «Lumière pénétrant par la fenêtre» de Mamoru Nakagawa, «Trésor National Vivant» en tant que Détenteur du Patrimoine Culturel Immatériel d’Importance «chôkin» (gravure sur métal). Les motifs de fenêtres sont réalisés avec des filets d’or, d’argent, de cuivres enchâssés dans le métal du vase.
  • – le obi «Nuit étoilée en pongé de soie de Sonoko Sasaki, «Trésor national vivant» en tant que Détentrice du Patrimoine Culturel Immatériel d’importance «tsumugi-ori» (pongé de soie)

Ôtsuki Sama a découvert le «shino», une céramique japonaise qui utilise une technique très ancienne, liée à la cérémonie du thé, datant de l’ère Momoyama (1575-1603).

Elle consiste à recouvrir les motifs d’une couverte blanche à base de feldspath (pierre dure ressemblant au cristal de roche), dite «couverte shino». Le bol présenté ici a été réalisé par Osamu Suzuki, détenteur lui aussi du titre de«Trésor national Vivant», pour avoir notamment développé des méthodes de cuisson originales des shino. Extrêmement épuré dans sa forme, ce bol aux tons brun-rouge semble surgir du passé tout en étant d’une grande modernité.

Nathalie Kissel

Cette entrée a été publiée dans : Culture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s