Kids, Livres
Laisser un commentaire

Ôtsuki Sama en recherche de petits bijoux au salon du Livre

1-La maison en petits cubes

Tons pastels jaunes et bleus, extrêmement doux, texte simple et poétique à la fois: La Maison en petits cubes est un véritable petit bijou, qui vient de paraître en français chez Nobi, un éditeur de livres jeunesse spécialisé sur le Japon.

Cet album, publié au Japon en 2008, s’inspire du court métrage du même nom, réalisé par Kunio Katô et Kenya Hirata, et qui a remporté diverses récompenses, dont l’Oscar® du meilleur court-métrage aux Academy Awards.

Kunio Katô, diplomé de l’Université des Beaux Arts de Tokyo, a réalisé les très belles et délicates aquarelles du livre et Kenya Hirata est l’auteur du texte.

Un vieux Monsieur habite dans une maison bien étrange, constituée d’étages empilés les uns sur les autres comme des cubes, qu’il construit progressivement. C’est que cette maison se trouve dans une ville engloutit par la mer, alors le vieux Monsieur, qui ne veut pas quitter la maison du bonheur, n’a d’autre choix que de construire une maison sur la précédente.

Il vit ainsi tout seul, tranquillement, achetant le nécessaire pour vivre aux marchands qui passent sur leurs embarcations. Une année, le niveau de l’eau monte à nouveau et le vieux monsieur doit entreprendre de nouveaux travaux. Mais sa scie et son marteau tombent à l’eau….Enfilant sa combinaison de plongée, il part à leur recherche, redescendant les étages, qui lui rappellent tellement de souvenirs anciens et enfouis eux aussi…

L’histoire reprend donc le thème de l’engloutissement, classique dans ce Japon insulaire terre de toutes les catastrophes. On ne peut, en le lisant, que repenser au tsunami de mars 2011. Mais aussi le thème du temps qui passe et la solitude de la vieillesse.

Les illustrations de Kunio Katô sont très douces et inspirent la sérénité. On plonge dans l’album comme le vieil homme dans la mer, tellement l’envie nous prend de s’attarder longuement sur de multiples détails: la tasse et sa soucoupe, seules sur la table couverte d’une nappe rayée; la lampe tempête suspendue à l’escalier; la théière qui chante sur le petit poêle; ou encore sur les détails surabondants des jours heureux: table mise attendant les convives, une fenêtre ouverte sur des visages souriants, un grande parade de bateaux pour le carnaval, lampions allumés, ballons flottants au ciel.

Au printemps le vieil homme a pu terminer sa maison et remarque sous sa fenêtre un seul et unique petit pissenlit.

On sort de là, une fois le livre refermé, comme d’un songe, avec un petit pincement au coeur et pourtant tellement de bonheur et de calme devant l’assurance paisible que la vie continue.

La courte animation : http://www.veoh.com/watch/v178750659ptg8Q5J

Extraits du livre :

305-1-img184 305-2-img185 305-3-img186

Cette entrée a été publiée dans : Kids, Livres

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s