Kids, Livres
Laisser un commentaire

Le messager du clair de lune

Le grand Rajah Cokorda Soukawati attend avec impatience le conte que doit lui remettre, comme chaque année le premier jour de la saison des pluie, le poète et sage Sastrawane Mandia, un conte qu’il espère aussi extraordinaire que les précédents.

Mais c’est un livre vraiment insolite que lui remet, un peu inquiet, le vieil homme, car derrière la belle couverture faite de feuilles d’acacia et de plumes bleues, il n’ y a que des pages blanches.

Le premier mouvement du grand Rajah est la colère, devant autant d’impudence.

Mais Sastrawane Mandia lui demande d’écouter d’abord l’histoire de ce livre étrange. Et il lui narre alors l’histoire de ce conteur, qui il y a très très longtemps, écrivait des histoires pour le Rajah Cokorda Souryawane…

Le messager du clair de lune est un petit bijou finement ciselé, très poétique. Jean-Marie Robillard avait depuis longtemps en tête l’idée d’un arbre aux feuilles magiques, et c’est à l’occasion d’un voyage à Bali, raconte-t-il sur le blog de l’éditeur « Le buveur d’encre »

(http://www.lebuveurdencre.fr/blog/?p=1498) qu’il lui est apparu comme une évidence que l’histoire devait se situer là.

Les illustrations chatoyantes, avec une profusion de détails, ont été réalisées avec une minutie extrême par Marie Desbons, une jeune illustratrice talentueuse (Ôtsuki Sama vous invite à découvrir son travail sur son blog, http://mariedesbons.canalblog.com/).

Les dessins sont faits à la main, avec gouache, crayons de couleurs et collages de papiers.

Le thème du conte est la puissance de l’imagination: un magnifique oiseau dont la queue déployée forme un éventail dépose délicatement, dans un petit trou, une petite pierre bleutée. De cette pierre est née un arbre immense, plus grand que tous les autres, un arbre, nous dit l’auteur, « couleur de lune ». Ses feuilles sont des pages blanches, sur lesquelles des animaux viennent déposer de simples et délicats trésors: l’écureuil la saveur des noix de cajou, la libellule les perles de lumière de la rosée du matin, l’abeille le parfum des fleurs de jenpirine ou la tourterelle le chant des femmes. Grâce à ces feuilles, le conteur Sastrawane Indra rédigea les plus merveilleuses histoires que l’on puisse imaginer.

Lorsque le vieux poète se tait, le grand Rajah Cokorda Soukawati comprend que ce livre offert par Sastrawane Mandia est le dernier, un livre qui contient toutes les histoires pour peu que l’on sache fermer les yeux et écouter.

Nathalie Kissel

322-1-img253 322-4-img256 322-5-img257 322-6-img258 322-2-img254 322-3-img255

Cette entrée a été publiée dans : Kids, Livres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s