Artisanat, Otsuki Sama
Laisser un commentaire

Sardine, Ma Sensei…

« On ne voit bien qu’avec le coeur… L’essentiel est invisible pour les yeux… »
répétait le Petit Prince…

Dès les premiers balbutiements colorés, Sardine Reine sait faire naître en nous un amour passionné pour l’aquarelle. Au cours des séances, notre regard s’affine, notre oeil apprend à percevoir, nous touchons l’imperceptible pour mieux rendre le perceptible. C’est ainsi que les fleurs s’illuminent dans l’air et à la lumière, que les feuilles ondulent à leur aise et que les pierres deviennent saisissables… en un simple cursus d’initiation. Grâce à la formation en pédagogie artistique suivie auprès de Geneviève Martydurant quatre années, Sardine Reine met au point une méthode d’apprentissage du dessin dynamique à destination des enfants. Ces cours permettent de développer progressivement les facultés créatrices qui sommeillent en tout être humain. Le moyen artistique du dessin est la ligne, celle-ci en tant que trace d’un mouvement. L’enseignement de Sardine Reine est une oeuvre à part entière. Partie d’un sens artistique inné et grâce à son minutieux sens de l’observation, elle mémorise les formes et les constructions. Elle fait courir la lumière sur les surfaces et peint le reflet des formes sur l’eau. La lumière éclatante ou nuancée dans son mariage avec l’ombre sous-entend le dynamisme des formes, qui s’offrent alors pleinement à la couleur. Cet apprentissage nous ouvre le regard, nous change la perception du monde qui nous entoure. Nous apprenons à considérer l’univers des formes et des couleurs comme vivant, ressourçant… Sardine nous apprend à distinguer la fleur qui s’étire vers le ciel et la lumière du galet qui évolue vers la terre et s’accroche au sol… C’est dans son atelier, sereinement installés à l’étage d’une maison fraîchement rénovée, vue sur l’église et le château de Noirmoutier, entourés de multiples petites collections de coquillages, objet chinés, bibelots depuis longtemps conservés, que nous suivons avec enthousiasme et bonheur la leçon de Sardine Reine. C’était pour moi-même un grand challenge d’associer la couleur, comme la percevait les impressionnistes, au trait tracé à l’encre noire, seule dynamique et énergie qui animaient mes travaux en tant qu’élève en calligraphie japonaise. Mais une véritable relation de partage, de respect, de grande sympathie s’installa entre Sardine et moi-même et ce fut toujours avec un vif intérêt à la fois intellectuel, technique et amical, que j’écoutai les conseils avertis de Sardine qui m’apporta richesse et confiance, tellement favorables à la libre création.

Merci Sardine.

 

352-0-dsc-4615 352-1-dsc-4624 352-2-unknown-1 352-3-dsc-4640 352-4-dsc-4646 352-5-dsc-4648 352-6-dsc-4713 352-7-dsc-4717 352-8-dsc-4725 352-9-dsc-4731 352-10-dsc-4733 352-11-dsc-4742 352-12-dsc-4727 352-13-dsc-4735 352-14-dsc-4736 352-15-dsc-4739 352-16-sans-titre 352-17-img 352-18-pierre-lisse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s