Livres
Laisser un commentaire

Que faire un week-end de pluie ? Lire, lire, lire… Ôtsuki Sama vous suggère …

… le très beau roman « Seize tableaux du Mont Sakurajima »

Nous suivons, sur cinq générations, la famille Koriyama. Une famille, qui comme tant d’autresfamilles niponnes, a eu son lot de tragédies.

A l’occasion d’une visite au musée d’art de Kagoshima, Takeru tombe sur une série de 16 tableaux consacrés au Mont Sakurajima, un volcan très actif du sud de l’île de Kyushu. Le voilà parti pour un extraordinaire voyage dans le temps et les souvenirs d’une histoire familiale mouvementée.

Takeru esquisse par petites touches de très beaux portraits. Des grands parents Eisaku et Sueko, une famille de menuisier. Celui de son grand-père Chunosuke, né en 1901, qui partit vivre dans la région de Sendai pour réaliser son rêve, devenir chasseur de baleine dans le Pacifique, là « où les baleines dorment dans les rêves des baleiniers ». Chunosuke lui raconta l’éruption en 1914 du Mont Sakurajima en des termes qui frappèrent l’enfant de 8 ans. De son père Hideo, chasseur de baleine à son tour, puis pêcheur de bonite dans les eaux tropicales lorsque cessa la chasse aux cétacés.

On pourrait égrener la longue liste des destins brisés de la famille Koriyama, mais à quoi bon?

Le grand-oncle soldat mort sur le sol birman, son fils le sous-lieutenant Rinzo Koriyama kamikaze à 18 ans, les victimes du tremblements de terre de Tokyo en 1923, jusqu’à la cousine Mesako emportée par le tsunami du 11 mars 2011.

Michel Régnier a voulu évoquer la pudeur, la dignité, la pugnacité de ces hommes et femmes extrêmement attachés à ces terres insulaires et qui ont le profond sentiment que la vie est un cadeau.

Dans l’ombre, même lointaine, du Mont Sakurijama, qui selon les tableaux évoque pour Takeru un cétacé, les bombardements de 1945 ou encore les vagues d’un océan. Il symbolise tout à la fois la colère de la terre et de la mer.

Un très beau roman, dont les droits d’auteurs sont destinés à financer la reconstruction de la ville de Ayukawa, dans la presqu’île de Oshika.

Seize tableaux du Mont Sakurajima, Michel Regnier, Editions Philippe Picquier

 

Cette entrée a été publiée dans : Livres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s