Culture
Laisser un commentaire

« Le vieil homme fou de dessin » exposé à Guimet

Vous avez jusqu’au 10 décembre pour revoir, ou tout simplement découvrir, une quarantaine d’estampes, peintures et dessins de Hokusai, oeuvres appartenant toutes au fonds d’art graphique du Musée Guimet de Paris. Leur fragilité ne permet pas de les exposer en permanence!

Nous les aimons toutes, chez Ôtsuki Sama, la force de ses dessins, le raffinement de ses « kakemono » ou l’utilisation du Bleu de Prusse dans ses séries.

Cet évènement est donc l’occasion d’admirer à nouveau les planches illustrant les albums de kyoka (poèmes de 31 syllabes à tonalité humoristique), créations extrêmement raffinées éditées à compte privé. La planche « Village près d’un pont » provient du recueil « Danses Masculines », publié à l’occasion du Nouvel An 1798. Trois jeunes filles d’Edo, accompagnées d’un serviteur, hésitent à traverser le pont, hésitation marquée par le baluchon, tenues par deux d’entre elles et qui restent comme en suspens au milieu de l’image. Deux lanternes rouges à l’entrée du village nous incitent à traverser.

Une force extrême émane du « Guerrier sur un cheval cabré », esquisse à l’encre de Chine sur papier fin, doublé au dos d’un papier portant des inscriptions calligraphiées qui apparaissent par transparence.

Et que dire de l’admirable « Dragon parmi les nuages »! On reste ébloui devant ce kakemono à l’encre de Chine et lavis bleu outremer, intrigué devant ce dragon languissant aux yeux pensifs. Le dragon symbolise l’Est et a notamment le pouvoir d’amener la pluie sur terre, résidence du Tigre de l’Ouest. Son pendant, « Tigre sous la pluie », au montage identique, est exposé au Musée Ota à Tokyo.

Et bien entendu, l’incontournable et désormais célèbre série des Trente-six vues du Mont Fuji est représentée ici avec l’exposition de 9 paysages, tel les très beaux « Vent frais par matin clair » et « Fuji bleu » ou encore le symbolique « Sous la vague au large de Kanagawa ».

L’occasion de revenir sur l’utilisation du Bleu de Prusse, pigment synthétique importé à l’époque des Pays Bas, et largement utilisé au Japon à partir de 1829. C’est ce que l’on a appelé la « révolution bleue » des années 1830. Hokusai lui donne une place prépondérante pour appuyer la perspective, en le dégradant pour les arrières plans, en le déclinant pour donner de la profondeur et du mouvement aux vagues.

Un bleu tour à tour limpide, brumeux, laiteux, profond ou éclatant.

Un bleu qui permet de le reconnaître entre tous.

379-2-amusc3a9e-guimet 379-1-3381395610 379-0-unknown

Cette entrée a été publiée dans : Culture

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s